cambodia.jpg

Cambodge

Pages annexes



Villes de Cambodge



Le Cambodge est un pays situé dans la partie sud de la péninsule indochinoise en Asie du Sud-Est. La capitale et la plus grande ville est Phnom Penh, le centre politique, économique et culturel du Cambodge.

Si vous souhaitez vous expatrier au Cambodge (Phnom Penh, Sianoukville etc.), n'hésitez pas à poser vos questions sur le forum dédié à la communauté des musulmans expatriés !

Pour aller plus loin, sachez que vous pouvez recevoir notre kit Muslim Expat directement à la maison ! Un coffret complet dédié à l'expatriation des musulmans et qui boost votre projet en vous faisant gagner beaucoup de temps sur vos démarches administratives !

Économie du Cambodge

En 2017, le revenu par habitant du Cambodge était de 4022 dollars US en PPA et de 1309 dollars US en nominal par habitant. L'ONU désigne le Cambodge comme un des pays les moins avancés. La plupart des ménages ruraux dépendent de l'agriculture. Le riz, le poisson, le bois, les vêtements et le caoutchouc sont les principales exportations du Cambodge.

Deux décennies de croissance économique ont contribué à faire du Cambodge un leader mondial dans la réduction de la pauvreté. Le Cambodge qui a surmonté une guerre civile désastreuse est maintenant classée comme une économie à revenu intermédiaire inférieur par la Banque Mondiale. Parmi 69 pays qui disposaient de données comparables, le Cambodge s'est classé quatrième en termes de réduction de la pauvreté la plus rapide au monde de 2004 à 2008.

Au cours des sept années allant de 2004 à 2011, la croissance économique cambodgienne a été formidable, se classant parmi les meilleures au monde, la consommation des ménages ayant augmenté de près de 40%. Et cette croissance a été favorable aux pauvres, non seulement en réduisant les inégalités, mais aussi en augmentant proportionnellement la consommation des pauvres plus rapidement que celle des non-pauvres. En conséquence, le taux de pauvreté est passé de 52,2 à 20,5%, dépassant de loin toutes les attentes des objectifs du Millennium Development Goals sur la pauvreté. Le taux de pauvreté est tombé à 10% en 2013, et une nouvelle réduction de la pauvreté était attendue pour les ménages urbains et ruraux tout au long de 2015 et 2016. Cependant, le développement humain, en particulier dans les domaines de la santé et de l'éducation, demeure un défi important et une priorité de développement pour le Cambodge.

Les gisements de pétrole et de gaz naturel découverts sous les eaux territoriales du Cambodge en 2005 offrent un grand potentiel économique mais restent pour la plupart inexploités, en partie en raison de différends territoriaux avec la Thaïlande.

L'un des plus grands défis auxquels le Cambodge est confronté est toujours le fait que la population âgée manque souvent d'éducation, en particulier dans les campagnes, qui souffre d'un manque d'infrastructures de base. La crainte d'une nouvelle instabilité politique et de la corruption au sein du gouvernement décourage l'investissement étranger et retarde l'aide étrangère, bien qu'il y ait eu une aide importante de la part des donateurs bilatéraux et multilatéraux. Des pots-de-vin sont souvent demandés aux entreprises opérant au Cambodge lors de l'obtention de licences et de permis, tels que des permis liés à la construction.

Le Cambodge s'est classé parmi les pires endroits au monde pour le syndicalisme dans l'indice des droits mondiaux 2015 de la Confédération Syndicale Internationale (International Trade Union Confederation (ITUC), se classant dans la catégorie des pays «sans garantie de droits». En avril 2016, l'Assemblée Nationale du Cambodge a adopté une loi peu favorable pour les syndicats. "La loi a été proposée à un moment où les travailleurs ont organisé des manifestations soutenues dans les usines et dans les rues pour réclamer des augmentations de salaire et une amélioration de leurs conditions de travail". Les préoccupations concernant la nouvelle loi cambodgienne sont partagées non seulement par les groupes de travail et de défense des droits, mais plus généralement par les organisations internationales. Le Bureau de l'Organisation Internationale du Travail pour la Thaïlande, le Cambodge et le Laos a noté que la loi comportait "plusieurs problèmes et lacunes majeurs".

En 2015, il y avait 3 166 syndicats pour plus de 500 000 travailleurs employés dans les 557 usines d'exportation de vêtements et textiles du pays et 58 usines de chaussures. Bien que la production de vêtements soit déjà la plus grande industrie du Cambodge, qui représente 26,2% du produit intérieur brut du pays, l'absence de loi favorable aux travailleurs et aux investissements étrangers directs ruinerait la croissance économique du Royaume du Cambodge.

Le tourisme au Cambodge

L'industrie du tourisme est la deuxième source de devises fortes du pays après l'industrie textile. Les arrivées de visiteurs internationaux en 2018 ont dépassé les six millions, soit une multiplication par dix depuis le début du 21ème siècle. Outre Phom Penh et le parc historique d'Angkor Wat dans la province de Siem Reap, d'autres destinations touristiques incluent Sihanoukville au sud-ouest qui a plusieurs plages populaires, les 150 casinos du Cambodge (contre seulement 57 en 2014) et Battambang au nord-ouest, qui sont tous deux des arrêts populaires pour les routards qui représentent une partie importante des visiteurs au Cambodge. Les environs de Kampot et de Kep, y compris la station de Bokor Hill, intéressent également les visiteurs.

L'Islam au Cambodge

L'islam est suivi par environ 2% de la population et se décline en trois groupes, deux pratiquées par le peuple Cham et une troisième par les descendants de Malais résidant dans le pays depuis des générations. La population musulmane du Cambodge serait composée à 80% d'ethnies cham. Les Chams sont originaires du Royaume de Champa. Après que le Vietnam a envahi et conquis Champa, le Cambodge a accordé un refuge aux musulmans cham qui fuyaient la conquête vietnamienne.

Selon Po Dharma, il y avait 150 000 à 200 000 musulmans au Cambodge jusqu'en 1975, alors que les documents de recherche de Ben Kiernan (auteur de "The Cambodian Genocide") atteignaient 250 000. La persécution sous les Khmers rouges a cependant érodé leur nombre et, à la fin des années 80, ils n'avaient probablement pas retrouvé leur nombre. Tous les musulmans cham sont des sunnites de l'école Shafi'i. Po Dharma divise le Cham musulman au Cambodge en une branche traditionaliste et une branche orthodoxe.

À la fin du 19ème siècle, les musulmans du Cambodge formaient une communauté unifiée sous l'autorité de quatre dignitaires religieux : mupti, tuk kalih, raja kalik et tvan pake. Un conseil de notables dans les villages cham était composé d'un hakem et de plusieurs katip, bilal et labi. Les quatre hauts dignitaires et les hakem étaient exonérés d'impôts personnels, et étaient invités à participer aux grandes cérémonies nationales à la cour royale.

Lorsque le Cambodge est devenu indépendant (de la France) en 1953, la communauté musulmane a été placée sous le contrôle d'un conseil de cinq membres qui représentait la communauté dans les fonctions officielles et dans les contacts avec les autres communautés islamiques. Chaque communauté musulmane a un hakem qui dirige la communauté et la mosquée, un imam qui dirige les prières et un bilal qui appelle les fidèles aux prières quotidiennes. La péninsule de Chrouy Changvar près de Phnom Penh est considérée comme le centre spirituel des Cham, et plusieurs hauts responsables musulmans y résident. Chaque année, certains Cham étudient le Coran à Kelantan, en Malaisie, et d'autres étudient ou font un pèlerinage à La Mecque.

Aujourd'hui, les musulmans peuvent pratiquer leur religion librement. Les Chams jouissent des droits démocratiques comme tous les citoyens khmers, avec le droit de voter et d'être élus en tant que politiciens.