greece.jpg

Grèce

Pages annexes



Villes de Grèce



La Grèce est un pays situé au Sud-Est de l'Europe. Le pays possède le plus long littoral du bassin méditerranéen et est situé au carrefour de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique. Environ 80% de la Grèce est montagneuse, le mont Olympe étant le plus haut sommet à 2 918 mètres.

Économie de la Grèce

La Grèce est un pays développé avec un niveau de vie élevé et un rang élevé dans l'indice de développement humain. Son économie comprend principalement le secteur des services (85,0%) et l'industrie (12,0%), tandis que l'agriculture représente 3,0% de la production économique nationale. Les industries grecques importantes incluent le tourisme et la marine marchande tandis que le pays est également un important producteur agricole (y compris la pêche).

Avec une économie plus grande que toutes les autres économies des Balkans réunies, la Grèce est la plus grande économie des Balkans et un important investisseur régional. Le pays est le deuxième investisseur étranger de capitaux en Albanie, le troisième investisseur étranger en Bulgarie, le troisième des investisseurs étrangers en Roumanie et en Serbie et le partenaire commercial le plus important et le plus grand investisseur étranger de Macédoine du Nord. À noter que la société grecque de télécommunications OTE est devenue un investisseur puissant en Yougoslavie et dans d'autres pays des Balkans.

L'économie grecque a bien résisté pendant une grande partie du 20ème siècle, avec des taux de croissance élevés et une dette publique faible. Même jusqu'à la veille de la crise financière de 2007-2008, elle a affiché des taux de croissance élevés, qui se sont toutefois accompagnés de déficits structurels élevés, maintenant ainsi un ratio de la dette publique au PIB (à peu près inchangé pendant cette période) d'un peu plus de 100 %. La crise grecque a été déclenchée par les turbulences de la grande récession de 2007-2009, qui ont conduit les déficits budgétaires de plusieurs pays occidentaux à atteindre ou dépasser 10% du PIB. Ce qui était exceptionnel pour la Grèce, c'est que le déficit budgétaire élevé (qui, après plusieurs corrections et révisions, a révélé qu'il avait été autorisé à atteindre 10,2% et 15,1% du PIB en 2008 et 2009, respectivement) était simultanément associé à un ratio dette publique / PIB (relativement stable, un peu plus de 100% jusqu'en 2007 - calculé après toutes les corrections). Ainsi, le pays semblait perdre le contrôle de son ratio dette publique / PIB, qui atteignait déjà 127% du PIB en 2009.

De plus, étant membre de la zone Euro, le pays ne disposait pour l'essentiel d'aucune flexibilité autonome en matière de politique monétaire (Bruxelles). Enfin, il y a eu un effet de controverses sur les statistiques grecques (en raison des révisions drastiques du déficit budgétaire susmentionnées qui ont entraîné une augmentation de la valeur calculée de la dette publique grecque d'environ 10%, soit une dette publique par rapport au PIB d'environ 100% jusqu'à 2007) En conséquence, la Grèce a été «punie» par les marchés qui ont augmenté les taux d'emprunt, ce qui a empêché le pays de financer sa dette depuis début 2010.

Durant les années précédant la crise, Goldman Sachs, JP Morgan Chase et de nombreuses autres banques avaient développé des produits financiers qui ont permis aux gouvernements grecs, italiens et de nombreux autres pays européens de cacher leurs emprunts. Des dizaines d'accords similaires ont été conclus à travers l'Europe, par lesquels les banques ont fourni des liquidités à l'avance en échange de paiements futurs par les gouvernements concernés; à leur tour, les engagements des pays concernés ont été "tenus secrets". Ces conditions ont permis à la Grèce ainsi qu'à d'autres gouvernements européens de dépenser au-delà de leurs moyens, tout en atteignant les objectifs de déficit fixés dans le traité de Maastricht.

Pour éviter un défaut souverain, la Grèce, les autres membres de la zone Euro et le Fonds Monétaire International se sont mis d'accord sur un plan de sauvetage qui consistait à accorder à la Grèce un prêt immédiat de 45 milliards d'euros, avec des fonds supplémentaires à suivre, pour un total de 110 milliards d'euros. Pour garantir le financement, la Grèce devait adopter des mesures d'austérité sévères pour maîtriser son déficit. Un deuxième plan de sauvetage d'un montant de 130 milliards d'euros (173 milliards de dollars) a été convenu en 2012, sous réserve de conditions strictes, y compris des réformes financières et de nouvelles mesures d'austérité. Une décote de la dette a également été convenue dans le cadre de l'accord.

La Grèce a réalisé un excédent budgétaire primaire en 2013, tandis qu'en avril 2014, elle est revenue sur le marché obligataire mondial. La Grèce est revenue à la croissance après six ans de déclin économique au deuxième trimestre de 2014 et a été l'économie à la croissance la plus rapide de la zone Euro au troisième trimestre. Un troisième plan de sauvetage a été convenu en juillet 2015, après une confrontation avec le gouvernement nouvellement élu d'Alexis Tsipras.

En 2010, la Grèce était le premier producteur de coton de l'Union Européenne (183 800 tonnes) et de pistaches (8 000 tonnes) et se classait au deuxième rang dans la production de riz (229 500 tonnes) et d'olives (147 500 tonnes), troisième dans la production de figues (11 000 tonnes), d'amandes (44 000 tonnes), de tomates (1 400 000 tonnes), et de pastèques (578 400 tonnes) et quatrième dans la production de tabac (22 000 tonnes). L'agriculture représente 3,8% du PIB du pays et emploie 12,4% de la main-d'œuvre grecque. Le pays est l'un des principaux bénéficiaires de la politique agricole commune de l'Union Européenne.

À la suite de l'entrée du pays dans la Communauté Européenne, une grande partie de ses infrastructures agricoles ont été modernisées et la production agricole a augmenté. Entre 2000 et 2007, l'agriculture biologique en Grèce a augmenté de 885%, le pourcentage de variation le plus élevé dans l'UE.

L'industrie du transport maritime est un élément clé de l'activité économique grecque depuis l'Antiquité. Le transport maritime reste l'une des industries les plus importantes du pays, représentant 4,5 pour cent du PIB, employant environ 160 000 personnes (4 pour cent de la main-d'œuvre) et représentant un tiers du déficit commercial. La marine marchande grecque est la plus grande au monde avec 16,2% de la capacité mondiale totale en 2011, contre 15,96% en 2010 mais en dessous du pic de 18,2% en 2006. La flotte marchande du pays se classe au premier rang pour le tonnage total (202 millions de tpl), au quatrième rang pour le nombre total de navires (à 3 150), d'abord pour les pétroliers et les vraquiers, quatrième pour le nombre de conteneurs et cinquième pour les autres navires.

La Grèce possède une importante industrie de construction navale et de maintenance navale. Les six chantiers navals autour du port du Pirée sont parmi les plus grands d'Europe. Ces dernières années, la Grèce est également devenue un chef de file dans la construction et l'entretien de yachts de luxe.

Le secteur du tourisme en Grèce

Le tourisme a été un élément clé de l'activité économique dans le pays et l'un des secteurs les plus importants du pays, contribuant à 20,6% du produit intérieur brut en 2018. La Grèce a accueilli plus de 28 millions de visiteurs en 2016, ce qui représente une augmentation par rapport aux 26,5 millions de touristes qu'elle a accueilli en 2015 et aux 19,5 millions en 2009 et aux 17,7 millions de touristes en 2007, faisant de la Grèce l'un des les pays les plus visités d'Europe ces dernières années.

L'Islam en Grèce

L'islam en Grèce est représenté par deux communautés distinctes. Les musulmans qui ont vécu en Grèce depuis l'époque de l'Empire Ottoman (principalement en Macédoine orientale et en Thrace) et les immigrants musulmans qui ont commencé à arriver dans le dernier quart du 20ème siècle, principalement à Athènes et à Thessalonique.

En effet la population musulmane en Grèce n'est pas homogène, car elle se compose de différentes origines ethniques, linguistiques et sociales qui se chevauchent souvent. La foi musulmane est le credo de plusieurs groupes ethniques vivant sur le territoire actuel de la Grèce, à savoir les Pomaks, les turcs de Grèce et les musulmans grecs en particulier de Crète, d'Épire et de la Macédoine grecque occidentale qui se sont convertis principalement aux 17ème et 18ème siècles. Il est bon de savoir que la population musulmane du pays a considérablement diminué en raison de l'accord d'échange de population conclu en 1923 entre la Grèce et la nouvelle République turque, qui a également déraciné environ 1,5 million de Grecs d'Asie Mineure. Beaucoup de musulmans du Nord de la Grèce étaient en fait des musulmans d'origine grecque d'Épire et de Macédoine grecque, tandis que les musulmans d'origine pomak et d'origine turque (les Turcs de Thrace occidentale) de Thrace occidentale étaient exemptés des termes de l'échange de population. Les gouvernements et responsables grecs successifs considèrent les musulmans turcophones de Thrace occidentale comme faisant partie de la minorité musulmane grecque et non comme une minorité turque distincte. Cette politique vise à donner l'impression que les musulmans de la région sont les descendants des Grecs ethniques de l'ère ottomane convertis à l'islam comme les Vallahades de la Macédoine grecque d'avant 1923 et ainsi éviter ainsi une éventuelle situation future dans laquelle la Thrace occidentale serait cédée à la Turquie sur la base de l'origine ethnique de ses habitants musulmans.

Il existe également une petite communauté musulmane dans certaines îles du Dodécanèse (Turcs du Dodécanèse) qui, en tant que membres du Dodécanèse italien du Royaume d'Italie entre 1911 et 1947, n'ont pas été soumises à l'échange de population entre la Turquie et la Grèce en 1923. Ils sont environ 3 000, dont certains épousent une identité turque et parlent le turc, tandis que d'autres sont les descendants de langue grecque des musulmans crétois. La communauté est la plus forte dans la ville de Rhodes et sur l'île de Kos (en particulier le village de Platanos).

Les premiers immigrants de confession musulmane, principalement égyptiens, sont arrivés au début des années 1950 d'Egypte et sont concentrés dans les deux principaux centres urbains du pays, Athènes et Thessalonique. Depuis 1990, il y a eu une augmentation du nombre d'immigrants musulmans de divers pays du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord, ainsi que d'Afghanistan, du Pakistan, d'Inde, du Bangladesh, de Somalie et d'Asie du Sud-Est. Cependant, la majeure partie de la communauté musulmane immigrée est originaire des Balkans, en particulier d'Albanie et des communautés albanaises de Macédoine du Nord et d'autres anciennes républiques yougoslaves.

Aux 150 000 « musulmans anciens » de Thrace et du Dodécanèse, s'ajoutent environ un demi-million de « musulmans récents » venus princpalement des Balkans (Albanais), d'Afrique et d'Asie (Pakistan). Leur situation diffère de celle des grecs musulmans : ils n'ont pas de lieux de culte officiels, se réunissent dans les appartements ou des entrepôts pour prier, sont en butte à l'hostilité d'une partie de l'opinion publique et des administrations locales, ainsi qu'à l'islamophobie en relation avec les tensions internationales et à l'afflux de migrants clandestins.

Nos articles sur Grèce

Voici une partie de nos articles qui traitent de sujet autour de Grèce

pakistan-et-inde-ou-en-est-on.jpg

Le Pakistan et l'Inde, où en est-on ?

Depuis plus de 70 ans, le Pakistan et l'Inde se déchirent au sujet d'une région connue de tous : le Cachemire. La région est l'une des plus militarisées au monde. Des frontières q...

03/08/2020 17:00