thailand.jpg

Thailande

Pages annexes



La Thaïlande, officiellement le Royaume de Thaïlande est un pays d'Asie du Sud-Est dont les pays frontaliers sont la Birmanie, le Laos, le Cambodge et la Malaisie. Le pays compte environ 68 millions d'habitants et sa capitale et sa plus grande ville est Bangkok.

Si vous souhaitez vous expatrier en Thailande (Bangkok, Phuket, Koh Samui etc.), n'hésitez pas à poser vos questions sur le forum dédié à la communauté des musulmans expatriés !

Pour aller plus loin, sachez que vous pouvez recevoir notre kit Muslim Expat directement à la maison ! Un coffret complet dédié à l'expatriation des musulmans et qui boost votre projet en vous faisant gagner beaucoup de temps sur vos démarches administratives !

Économie de la Thailande

La Thaïlande est une économie émergente et est considérée comme un pays nouvellement industrialisé qui se classe comme la deuxième plus grande économie d'Asie du Sud-Est après l'Indonésie. Le royaume fonctionne comme une économie d'ancrage pour les économies en développement voisines du Laos, de la Birmanie et du Cambodge. Le Japon, les États-Unis, l’Allemagne, la Malaisie, la Chine et les Pays-Bas sont les principaux partenaires commerciaux de la Thaïlande. Le dynamisme de l’économie thaïlandaise repose sur une demande interne robuste (consommation et investissements privés), qui la rend moins sensible que certains de ses voisins aux à-coups de la demande mondiale. Ces bonnes performances ont permis au royaume de s’affirmer comme puissance économique régionale. À noter que les familles thaïes d’origine chinoise, qui ne comptent qu'environ 6 % de la population, contrôlent la plupart des secteurs économiques du pays tels que les banques, les médias, l'industrie lourde, la construction etc.

L'économie de la Thaïlande est fortement tributaire des exportations, celle-ci représentant plus des deux tiers du produit intérieur brut (PIB). Les principales exportations du pays comprennent les voitures, les ordinateurs, les appareils électriques, le riz, le textile et les chaussures, les produits de la pêche, le caoutchouc et les bijoux.

L’industrie (environ 40 % du PIB), fortement exportatrice, demeure le principal poumon économique du pays (loin devant le tourisme) : la Thaïlande est particulièrement compétitive dans les industries électroniques, chimiques, papetières, de construction (Siam Cement, 2ème groupe thai, 24 000 salariés, cinq divisions : BTP, ciment, chimie, papier et distribution) et d'assemblage, les industries agroalimentaires et le tourisme. Le pays attire également de nombreuses multinationales qui se servent de leur filiale thaïlandaise comme base d’exportation régionale, voire mondiale.

Le matériel électrique et électronique est le plus grand secteur d'exportation de la Thaïlande, représentant environ 15% du total des exportations. En 2014, les exportations thaïlandaises ont totalisé 55 milliards de dollars US. Le secteur electronique et electrique employait environ 780 000 travailleurs en 2015, soit 12,2% de l'emploi total dans le secteur manufacturier. Par exemple, la Thaïlande est le deuxième fabricant mondial de disques durs (HDD) après la Chine, avec Western Digital et Seagate Technology parmi les plus grands producteurs basés dans "le pays du sourire". Cependant, 74% des salariés du secteur electronique courent un risque élevé d'être remplacés par des robots, car ces postes consistent en "tâches répétitives et non cognitives". Samsung et LG ont récemment délocalisé leurs usines thailandaises vers le Vietnam où le coût de main d'oeuvre était moins élevé (passant de 9,14 dollars US journaliers à 6,35 dollars US pour le Vietnam). En effet, à mesure que les technologies évoluent, par exemple, lorsque les disques durs sont remplacés par des disques SSD, les fabricants réexaminent le meilleur endroit pour produire ces dernières technologies.

La Thaïlande est le leader de l'ASEAN dans la production et les ventes automobiles. Le secteur employait environ 417 000 travailleurs en 2015, représentant 6,5% de l'emploi total dans toutes les industries manufacturières et représentant environ 10% du PIB du pays. En effet l'industrie thaïlandaise a une production annuelle de près de 1,5 million de véhicules. La plupart de ces véhicules construits en Thaïlande sont développés par huit grands fabricants dont cinq japonais (Isuzu,Toyota), deux américains (Ford) et un indien (Tata), qui produisent des pickup en Thaïlande, le pays étant le deuxième plus grand consommateur de pickup au monde, après les États-Unis (2015).

À noter que la quasi-totalité des entreprises thaïlandaises, soit (99,7%) 2,7 millions d'entreprises, sont classées comme des petites ou moyennes entreprises (PME). De ce fait en en 2017, les PME représentaient 80,3% (13 millions) de l'emploi total en Thaïlande. En général, les PME prédominent, mais leur contribution au PIB du pays est passée de 41,3% du PIB en 2002 à 37,4% en 2013. Leur contribution décroissante se reflète dans leur taux de rotation: 70% échouant en quelques années seulement.

Le commerce de détail emploie plus de 6 millions de travailleurs thaïlandais. La plupart sont employés par de petites entreprises et on estime que les grands acteurs multinationaux et nationaux du commerce de détail (tels que Tesco Lotus, 7-Eleven, Makro, Big C, Villa Market, Central Group et Mall Group) emploient moins de 400 000 travailleurs. Cela représente moins de 7% de l'emploi total de la Thaïlande dans le commerce de détail.

Environ 49% de la main-d'œuvre thaïlandaise travaille dans l'agriculture mais ce chiffre est en baisse par rapport à 70% en 1980. L’agriculture, la transformation et l’exportation de produits agricoles, notamment du riz, ont formé l’ossature de l'économie thailandaise. En effet, le riz est la culture la plus importante du pays et la Thaïlande était depuis longtemps le premier exportateur mondial de riz, jusqu'à récemment derrière l'Inde et le Vietnam. Bien que parmi les pays les plus prospères d’Asie, le fait qu’elle dépende d’une monoculture l’a rendue extrêmement sensible aux fluctuations des cours mondiaux du riz et aux variations de la production. Le gouvernement thaïlandais s’est efforcé d’atténuer cette fragilité en cherchant à diversifier l’économie et à promouvoir des méthodes de culture scientifiques comme l’irrigation contrôlée des rizières, de façon à stabiliser la production même lorsque les précipitations sont insuffisantes. À noter que la Thaïlande détient le pourcentage le plus élevé de terres arables, 27,25%, de tous les pays de la sous-région du Grand Mékong. Ainsi environ 55% des terres arables sont utilisées pour la production de riz.

La Thaïlande est aussi traditionnellement un important exportateur de produits issus de la canne à sucre, grâce à son climat et à des sols propices. Sur les six premières années de la décennie 2010, le pays a confirmé sa cinquième place au palmarès des producteurs mondiaux de sucre. Les élevages de crevettes sont aussi une source majeure d’exportations pour la Thaïlande qui compte ainsi plus de 30 000 élevages répartis sur l'ensemble du territoire.

La Thaïlande produit environ un tiers du pétrole qu'elle consomme. C'est le deuxième plus grand importateur de pétrole en Asie du Sud-Est. Cependant, le royaume est un grand producteur de gaz naturel et après l'Indonésie, il est le plus grand producteur de charbon en Asie du Sud-Est, malgré tout il doit importer du charbon supplémentaire pour répondre à la forte demande intérieure.

La Thaïlande a un secteur du travail informel (emplois non déclarés) diversifié et robuste. En effet en 2012, on estimait que les travailleurs informels représentaient 62,6% de la main-d'œuvre thaïlandaise. Le ministère du Travail définit les travailleurs informels comme des personnes qui travaillent dans des économies parallèles et qui n'ont pas le statut d'employé en vertu de la loi sur la protection du travail (Labor Protection Act) d'un pays donné. Le secteur informel en Thaïlande s'est considérablement développé au cours des 60 dernières années au cours de la transition progressive de la Thaïlande d'une économie basée sur l'agriculture à une industrialisation et une orientation vers les services.

Aujourd'hui, le travail informel en Thaïlande est généralement divisé en trois groupes principaux: celui des travailleurs sous-traitants / indépendants / ou à domicile, les prestataires de services (incluant les serveurs, vendeurs de rue, masseuses, chauffeurs de taxi et les travailleurs domestiques) puis les travailleurs agricoles. Ne sont pas incluses dans ces catégories les personnes qui travaillent dans le divertissement, la vie nocturne et l'industrie du sexe. Les personnes employées dans ces secteurs sont confrontées à des vulnérabilités supplémentaires, notamment le recrutement dans les cercles d'exploitation sexuelle et de traite des êtres humains.

Le secteur du tourisme en Thailande

En 2016, les revenus du tourisme, 2 530 milliards de bahts, représentaient 17,7% du PIB de la Thaïlande, contre 16,7% en 2015. Il devait générer 2 710 milliards de bahts en 2017. La moyenne mondiale de la contribution du PIB au tourisme étant de 9%, faisant du tourisme thailandais un secteur très important pour l'économie du Royaume de Siam.

La Thaïlande était le pays le plus visité d'Asie du Sud-Est en 2013, selon l'Organisation Mondiale du Tourisme. Les touristes asiatiques visitent principalement la Thaïlande pour Bangkok et les sites historiques, naturels et culturels de ses environs. Les touristes occidentaux visitent non seulement Bangkok et ses environs, mais beaucoup voyagent vers les plages et les îles du sud telles que Ho Phi Phi, Koh Samui et Koh Lanta. Le nord est la principale destination des randonnées et des voyages d'aventure (Chiang Mai, Chiang Rai) avec ses divers groupes ethniques minoritaires et ses montagnes boisées. La région qui accueille le moins de touristes est Isan au nord-est (Udon Thani, Nakhon Phanom).

Les attractions de la Thaïlande incluent la plongée, les plages de sable fin, des centaines d'îles tropicales, la vie nocturne, les sites archéologiques, les musées, les tribus montagnardes, la flore et la vie des oiseaux, les palais, les temples bouddhistes et plusieurs sites du patrimoine mondial.

L'Islam en Thailande

Au début de la Thaïlande moderne, des musulmans servaient dans le palais et la cour royale. La Thaïlande, en tant que Royaume du Siam, était connue pour sa tolérance religieuse, et il y avait des musulmans travaillant pour les gouvernements siamois à travers les époques. Cette culture de tolérance au Siam et plus tard en Thaïlande a entraîné la grande diversité de l'islam en Thaïlande.

L'islam est la première minorité religieuse au Royaume de Thaïlande, de tradition bouddhiste. La Thaïlande fait partie de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) depuis 1998. Les musulmans sont évalués à 5 % ou 8 % de la population selon les sources. La plupart des musulmans thaïlandais sont sunnites, et d'origine malaise pour les deux tiers. Néanmoins, la population musulmane est assez diverse et compte des immigrants de nombreux pays du monde musulman. Le nombre élevé d'habitants d'origine malaise dans la région Sud est dû à la nature historique de la région, qui comprend des terres du Royaume de Pattani, un royaume islamique malais, mais annexé plus tard au Siam (par les britaniques lors du traité anglo-siamois de 1909). De même, il existe une minorité ethnique thaïlandaise dans le nord de la Malaisie.

D'après le Bureau National des Statistiques, la Thaïlande compterait environ 3 500 mosquées, la grande majorité de ces mosquées étant situées dans les provinces du Sud telles que Patani, Yala, Narathiwat, Satun etc. Cependant, les recherches du Ministère thaïlandais des Affaires Étrangères indiquent que seulement 18% des musulmans thaïlandais vivent dans ces quatre provinces. Le reste étant dispersé dans toute la Thaïlande, les plus grandes concentrations se trouvant à Bangkok et dans toute la région du Sud.

Parmi les autres ethnies musulmanes de Thailande on retrouve des chinois (principalement dans le Nord du pays), des pakistanais, des cambodgiens, des bangladais, des malais et des indonésiens. La population connaît une croissance démographique forte.

Témoignages

Voici le retour de nos membres à Thailande

lay-bangkok.jpg

Direction Bangkok pour un entretien avec Lay

Vivre à Bangkok pourrait être une expérience unique pour vous comme pour votre famille. En effet, Bangkok est une ville de contrastes, et de diversité, qui offre aux expatriés de nombreuses...

03/08/2020 17:00

reda-bangkok.jpg

Reda nous parle de sa vie entre Lyon et Bangkok

Bangkok est une ville safe où vivre en tant qu'étranger est plus abordable que dans d'autres villes d'Asie du Sud-Est. La plupart des étrangers viennent en Thaïlande pour y travailler parce que, pour ...

03/08/2020 17:00